Skip to content

Du cool américain et de la société du spectacle

février 16, 2009

J’adore tomber sous le charme. Le charme au sens premier, l’art de nos petits sortilèges entre potes du genre humain. Le charme du charme ? Être aussi unique et mystérieux que ton ruban ADN. Insondable. Essayons cependant : c’est une harmonie corps et âme – plus les fringues que tu colles dessus, va sans dire chéri. L’articulation délicate entre nos valeurs intrinsèques et notre rapport au Monde. Entre notre histoire passée et nos aspirations secrètes. Entre ton personnage public et ton enfant intérieur.

De ce prisme intime, naît parfois la lumière. Un truc à te faire élire président des Etats-Unis. Ce charme atomique, les psys l’appellent congruence. Un mot tout moche pour désigner « l’accord des croyances internes, stratégies et comportements pour obtenir un résultat précis ». Bonnie préfère parler de grâce, parce que ces 5 lettres embrassent mieux la poésie de l’affaire.

Regarde cette vidéo, extraite d’une interview de Clyde Barack Obama sur NBC. Le journaliste le fait réagir sur une photo de famille. Regarde aussi l’usage qu’en fait US Magazine, avec un arbitrage éditorial plutôt douteux…

T’as vu la grâce du mec dans une situation aussi bidon ?? T’as vu l’étincelle du sourire à la vue des êtres aimés ? T’as vu comme il congrue à bloc ??

La grâce s’épanouit dans une singularité forte, certes. Elle s’enrichit pourtant de traits collectifs, distinctifs d’une communauté. N’oublie pas que le congruent bouffe son histoire par les racines – sans compter le bordel karmique. Nous mijotons dans le creuset de nos origines. Même si un jour, il te prend des envies de végétarisme. Tiens, moi je suis devenue française à 18 ans, mais je suis très brune, gentille mais un peu caractérielle, nostalgique devant la mer et le destin, et mes mains sont synchronisés à mon discours.

Amalia, Fado da Saudade

Amalia, Fado da Saudade

Ensuite, nous épiçons à notre sauce. Rencontres, influences et péripéties se lient au fil de la cuisson. Pas française de souche donc, pourtant j’aime le verbe et je suis chiante snob comme une parisienne. Tu me diras que je surnage dans les clichés : l’inné et l’acquis, la culture et la nature, on connaît, merci Bonnie. Singularité, disais-je. Et si les mots me manquent pour en exprimer les nuances, tant pis.

renegruau

Rouge Baiser, René Gruau

Les Etats-Unis, communauté XXL par excellence. Tu connais meilleur creuset toi, que la nation du melting-pot ? On a pas mal jacté sur notre leur nouveau président : son histoire brassée un peu, son coefficient sexiness beaucoup, les espoirs messianiques qu’il suscite passionnément, son programme limite pas du tout. Un mélange des genres à l’aune de la pauvreté intellectuelle de notre société. Pauvres de nous et pauvre « société du spectacle ».

« Et sans doute notre temps… préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être… Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré.« 
Feuerbach en introduction de la Société du Spectacle – Guy Debord

Guy Debord n'est pas content

Guy Debord n'est pas content

Bonnie est un pur produit de la société du spectacle. La honte. Car d’instinct j’avoue, c’est d’abord l’icône de notre leur Barack qui a révélé ma foi. Et je n’ose imaginer que l’image recèle une illusion. Que derrière l’élégance Côte Est, le corps racé, le sourire à 67 dents, ne se cache pas la volonté ferme et honnête de faire jaillir un monde meilleur. Ce qui me conforte pourtant dans mon incurable niaiserie, c’est la grâce. A ce degré, adjuvants chimiques et arômes de synthèse ne sont plus envisageables : la grâce est une vérité faite chair. Alors midinette politique peut-être, mais j’y crois.

Et par chez nous, où est la grâce, hum ? Je te retourne la question. Car à dessiner Obama d’un seul trait culturel, je choisirais le cool. Attention, pas le cool mou du genou mais le cool au sens noble, ce fameux cool à l’américaine, si bien incarné jadis par Steve Mac Queen, king du genre. Une classe folle mais nonchalante, un peu crâne même, mâtinée d’humour, sans effort apparent. Alors pourquoi pas chez nos dirigeants ? Because they’re trying too hard, justement, d’avoir le cool à l’américaine. Aide-moi un peu : à ton avis, quel est le meilleur attribut pour congruer à la française ?

King of Cool

King of Cool

Publicités
9 commentaires leave one →
  1. février 17, 2009 11:38

    Ca ne va pas plaire à Joe Eszterhas, mais je pense à Gainsbourg et du coup, je dirais…la clope?

  2. bullesdinfos permalink
    février 17, 2009 11:56

    Dany Boon et sa baraque à frites ? OK je sors…

  3. février 17, 2009 2:58

    @Bulles : tu appartiens à l’Académie des César toi, hein ???

    @Foxy : pas mal. ça me fait penser à Pompidou, son clope de la tonton flingueur… Mais ça reste de l’ordre de l’accessoire, je cherchais une attitude plutôt ; d’ailleurs Barack fume en cachette et Mac Queen est mort d’un cancer des poumons ! Alors non, pour Joe, moi et les autres viciés, ne décrète pas la cigarette comme accessoire du cool, please…

  4. bullesdinfos permalink
    février 17, 2009 5:11

    Shit tu m’as démasquée !

  5. février 17, 2009 6:02

    Biloutedinfos, ça sonne bien, je trouve.

  6. Higgins permalink
    février 17, 2009 9:16

    Heu, Mendès-France ?… Yves Montand !

  7. février 18, 2009 9:21

    Récapitulons : Gainsbourg, Pompidou, Mac Queen, Mendès-France, Yves Montand…

    OK, ils sont tous morts.

Trackbacks

  1. La vie des idées « bonnie parcoeur
  2. Je marche seul « bonnie parcoeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :