Skip to content

Joni au pays des Coyotes

mars 24, 2009

Je connais peu Joni Mitchell, mais assez pour l’aimer d’instinct et la ranger dans la catégorie des icônes. A vrai dire, j’en avais peur aussi. Ou peur de son image, plutôt (et si c’est pas vrai, on s’en fout, moi j’adore les images) : son visage hiératique, ses yeux perçants, l’intelligence aussi haut perchée que les pommettes, une guitare trop sèche, cette allure baba folk qui sent le chanvre et la chèvre, et surtout des chansons profondes, compliquées et tristes. J’ai peur de Leonard Cohen, Tom Waits et PJ Harvey, sinon. Je gardais donc Joni la-pas-commode à distance. Trop flippée de me retrouver au fond du trou, à déprimer avec mes clopes, embarquée par la seule gravitation de son talent, même pas sûre de comprendre pourquoi je me bananais, au final.

Bouuuuuh !!!

Bouuuuuh, c'est Tom !!!

Coyote m’est venu dans les pas de Jeff Buckley – je le connais bien, lui, je suis 10ème dan shotokan de Jeff Buckley, on s’en reparle. Il y avait, dans un excellent documentaire de la BBC à sa mémoire, ce témoignage d’une amie de sa période new-yorkaise, organisatrice de concerts, dont le visage irradiait à l’évocation d’un souvenir précis : ce jour où, contraints par la pluie, ils se retrouvèrent à distribuer des flyers à tous vents par les fenêtres d’une voiture toute petite, toute pourrie, en chantant à tue tête du Nusrat et… Coyote de Joni Mitchell.

Ecce Homoe

Mystery White Boy

Pour sûr, ça devait être quelque chose, la voix (LA voix !!) de Buckley qui déroulait ses volutes en apesanteur « in this tiny little car » : l’Olympia et Notre-Dame concentrés dans l’habitacle d’une Fiat 500, imagine donc. J’essayai de reproduire la scène dans ma Polo, mais il me manquait un truc, bon sang, il me manquait la chanson.

"Nusrat, he's my Elvis" - Jeff Bucley

"Nusrat, he's my Elvis" - Jeff Buckley

Coyote ouvre l’album Hejira, sorti en 1976. Surprise, le rythme est up-tempo et là, tout de suite, je me sens mieux. Une chanson confessionnelle mais entraînante, sur un amour impossible avec un cow-boy (Bob Dylan ? Sam Shepard ?) très prédateur :

He picks up my scent on his fingers
While he’s watching the waitresses’ legs

Une merveille douce-amère, à dominante douce – pour l’amer, s’adresser à Carly Simon qui flingue au piano et sans ménagement son gus sur You’re So Vain. Evidemment, que je ne comprends pas tout, hein : le texte est dense, truffé de métaphores et Joni le balance sans faillir, à la cadence soutenue de sa guitare rythmique. Mais la musicalité et les nuances de son interprétation sont telles que, même sans mon Harrap’s Pocket, je crois sentir dans mon cou le souffle chaud de cet animal-là, argg Coyote is at my door, le genre qui pète bien le coeur et te ramène un paquet d’emmerdes.

Sam Shepard, le Coyote ?

Sam Shepard fait très bien le Coyote

Mais regarde-la plutôt, Joni. La vidéo est tirée du film The Last Waltz, tourné par Scorsese, lors de la dernière tournée du Band, le groupe de Dylan. Regarde sa silhouette de liane glisser sur scène. Son allure, ses fringues sont exquises : taille fine, sanglée dans cette jupe au tombé et à l’imprimé parfaits, blond froid et lisse de canadienne, de part et d’autre d’une impeccable raie au milieu, gros collier navajo (?). Regarde son petit salut au public, les deux mains jointes devant elle, si modeste et délicat – ça vaut bien 1000 révérences de Carla Sarkozy en goguette chez les Windsor. Et ce bécot déposé sur les lèvres d’un musicien, et cette délicieuse caresse sur sa joue. Regarde-la se saisir de son instrument et te peindre l’histoire de Coyote, en roulant au ciel des yeux coquins (4:02). Ecoute-la rire même (2:00), de ce rire de gorge sensuel, en femme libre et habitée, bien consciente de sa bêtise à s’enticher de pareil crétin, si magnifique, si désirable, avec son odeur de sueur, sexe et foin mêlés.

Je ne sais pas si Joni est jolie. Ses traits semblent comme dessinés à la lame, et ses dents en avant m’impressionnent drôlement. Je sais juste qu’elle est mieux que ça, Joni : elle est impériale.

(Et le bassiste qui se trémousse à côté est lui, parfaitement irrésistible)

No regrets, Coyote…

Publicités
36 commentaires leave one →
  1. mars 24, 2009 11:08

    Ouaouuu tu parles bien ….
    Je connais pas Joni Mitchell j’ai honte.
    Ma culture musicale est très limitée… Pas bien.
    Mais j’ai décidé que ce soir en rentrant j’allais me trouver un peu de Joni Mitchell pour voir ce que j’ai raté pendant toutes ces années.. Merci !

  2. mars 24, 2009 11:26

    Je l’aime bien la Mitchell. Je ne la connaissais pas jusqu’à ce que Janet Jackson (j’ai eu une longue période R’n’B/variétoche) se décide à sortir son single Got ‘Til It’s Gone feat. Q-Tip & Joni Mitchell (tiens, v’là pour ton oreille gauche : http://www.youtube.com/watch?v=4Ry8gtzVhtk). Mue par le single je suis allée voir de plus près ce que faisait Joni… et là, j’ai été déçue, déçue, déçue. Trop grand était le contraste avec Janet. Mais l’âge aidant, mes hormones diminuant, je l’aime bien la Mitchell. Elle apporte de la paix à mon âme. Le bonheur c’est aussi simple et beau qu’elle chantant In case of you (Tiens, v’là pour ton oreille droite : http://www.youtube.com/watch?v=OKMR6yYc7_o) ou qu’une P.J. Harvey chantant we float, un jour d’été en bord de mer (this is for your soul :http://www.youtube.com/watch?v=pU2NDAo69Nc).
    N’aie pas peur.

  3. mars 24, 2009 11:28

    @ Eve : merci ;-)
    Je ne connais toujours pas très bien Joni Mitchell, elle continue de me faire peur. Mais Hejira est très bien, j’aime beaucoup Furry Sings the Blues.
    Si tu ne connais pas non plus, écoute Nusrat, c’est vraiment une musique qui parle à l’âme : Tere Bin par exemple, ou la reprise de In Yours Eyes de Peter Gabriel, qui me met grave les poils.

    D’ici à ce que je comprenne comment intégrer un player mp3 sous wordpress…

  4. mars 24, 2009 11:44

    Bel article, et qui parle de Bob Dylan (le dieu de mon homme) et de Tom Waits (ma grande passion). Ce qui est bien quand on nomme d’autres artistes, c’est que celui qu’on ne connait pas fait moins peur. On se dit qu’on connait sa famille et que ça vaudrait le coup de faire sa connaissance aussi.

  5. mars 24, 2009 11:52

    Mon dieu…. de tous les noms que tu as cité j’ai juste compris Peter Gabriel… LA HONTE

  6. mars 24, 2009 1:09

    @ La Mère Minos : ouiiiiiiii, moi aussi, j’adorais cette chanson de Janet et pareil, je me suis empressée d’écouter Big Yellow Taxi, qui était tellement moins groovy… Déception, forcément.

    Un peu comme quand j’ai écouté la chanson des Stones samplée sur Bitter Sweet Symphony (tiens, tiens, on en a déjà parlé de celle-ci ;-)…

    Depuis que The Verve a été convaincu de plagiat, Jagger et Richards sont crédités auteurs de la chanson, or je cherche encore le lien. Pê que j’ai pas l’oreille musicale, en même temps. Par contre, Got ‘Til It’s Gone m’a fait rebondir sur Q Tip, notamment sur la chanson Get Involved, qui elle-même m’a fait rebondir sur Raphael Saadiq : love it !

    Je me garde les 2 autres liens pour ce soir, We float oui, un ami m’en avait parlé en me disant « Quoiiiiiiiiii tu n’as jamais écouté we floaaaaaaaaaat ????? » ;-) Il me saoulait trop, alors j’ai pas cherché à écouter. Par contre, le duo Tricky / PJ Harvey est d’une beauté sombre et renversante (Tricky, Tricky, Tricky !!!)

    @ L’armadio : j’aimais l’idée de ne pas bien connaître un artiste pour écrire sur lui, pour justement laisser remonter ce qu’il évoque d’instinct chez toi, un peu comme dans une rencontre amoureuse (euh oui, je suis sujette au coup de foudre oui). J’avais flashé sur cette vidéo et cherché à en savoir plus sur Joni. Mais je voulais surtout dérouler mon ressenti brut sur cette femme.
    Dylan et Waits, pareil, je les connais assez peu tellement je suis impressionnée. Mais tu as raison, il y a des communautés d’esprit qui ne trompent pas, même quand on n’est pas l’enfant caché de Philippe Manoeuvre.

    @ Eve : Tu n’est pas l’enfant caché de Manoeuvre, donc. Mais tu as pê des Wayfarer ? Hum, déjà connaître Peter Gabriel, c’est pas mal ; depuis les 90’s et la worldmusic, il n’est plus fondamentalement mainstream…. Que j’aime ce grand fou de Peter, époque glam flamboyant dans Genesis, ou époque Sledgehammer. So est un album magnifique, In your eyes ou Don’t give up en duo de Kate Bush évidemment.

    Tiens, ça me donne envie d’écrire sur Kate Bush.
    D’ailleurs, on me dit souvent que les cheveux de Kate Bush.
    Ah tiens, revoilà les cheveux. ça faisait longtemps.

  7. mars 24, 2009 2:46

    Ah Kate Bush je suis fan je l’adore je crois que j’ai presque tous ses albums!
    vas y écris sur Kate Bush au moins je me sentirais trop dedans parce que je connais!

  8. mars 24, 2009 3:15

    Et bien moi je ne connais pas du tout Joni Mitchel, mais après un tel portrait, c’est sûr, je vais en rêver !

  9. bullesdinfos permalink
    mars 24, 2009 3:20

    Bon Bonnie on avait déjà parlé de cette vidéo et de ce look d’enfer en plus.
    Je me reconnais beaucoup dans ton concept d’artistes qui nous font peur, ça me parle.
    Et please, fais nous un post sur Kate Bush, je voudrais lire ça !

  10. mars 24, 2009 4:41

    @ Bulles : ouais, t’as vu, j’ai décidé de sortir certains textes du placard ;-)

    @ Bombay Magic : merci, ça veut dire que le texte fait fonctionner l’imaginaire à plein !

    @ Eve : pour la peine, c’est toi qui me complexes ! Je n’ai que le Best of, mais je masterise à donf la choré de Babooshka (la danse en académique avec une contrebasse, expérimental comme j’aime)

  11. bullesdinfos permalink
    mars 24, 2009 4:55

    Oui j’ai oublié un bout de mon comment je voulais dire que je me souvenais qu’on en avait déjà parlé en privé ;-)

  12. mars 24, 2009 5:03

    Ouais, parce Bonnie et Bulles se connaissent real life, en fait :-)

  13. mars 24, 2009 6:07

    Idem déjà parlé in private so je passe… Juste un rappel : Cactus Tree, une merveille hein ? Moi je la rebaptise « busy being free », toute une histoire…

  14. mars 24, 2009 6:59

    Ah! moi aussi je fais la choré sur Babooshka! c’est incroyable.
    Je sais d’ailleurs très bien chorégraphier le verre qui éclate et les bouts de verre qui tombent…

    Si tu sais le faire, te paye un full ripped bleached jean’s pisque t’en veux un.

  15. mars 24, 2009 8:44

    quoi ??? tu ne connais pas « we float » ?? c’est suberbe, tu ne peux pas passer à côté de ça… très beau ton post d’aujourd’hui et plein de gens que j’aime. ah cela me fait plaisir que tu parles de nusrat fateh ali khan. figure toi que j’ai eu la chance petite qu’il fasse un concert dans la maison familiale, tranquillement dans le jardin, avec tous les amis de mes parents autour… il a fait un album MAGNIFIQUE dont le nom m’échappe à la minute près (sorti en 1996 je crois) : tradi/moderne, très très beau. et puis sam : trop beau…
    ben moi aussi j’avais beaucoup aimé la chanson de janet mais l’album : super berk.
    bon, tu vas écouter we float oui ou non ??

  16. bullesdinfos permalink
    mars 24, 2009 9:22

    Eve : moi je sais faire la choré avec le verre qui éclate !!! moi moi moi !!!! tu me payes les spring court en or ???

  17. mars 24, 2009 9:36

    @ Higgins : j’écoute un live 1970 de Cactus Tree sur Youtube pendant que j’écris, quelle clarté, c’est beau, c’est beau, merci ! J’aime beaucoup Coyote, mais là, c’est une autre dimension… ;-)

    @ Eve : t’es dingue, pour le full ripped, ma mère va me tuer !! Et puis, celui de topshop est épuisé et celui d’asos fait un peu cagole quand même. Je me rends compte que Kate change de fringues au milieu du clip pour s’habiller comme Tina Turner dans Mad Max Thunder Dome.

    @ airuos : Nusrat dans ton jardin !!! Nusrat dans ton jardin !!! Je m’imagine une scène équivalente avec Amalia Rodrigues qui chanterait chez mes parents, pfff… Tu avais quel âge ? Assez pour en avoir un souvenir précis ? Ou plutôt un ressenti ? Merci pour les références, je vois en 1997 un album Night Songs avec Michael Brook ? Nusrat, c’est exactement ce dont j’ai besoin en ce moment.

    Là, j’enquille sur We Float :-)
    Drôle parce que je feuillette le n°500 de Rock & Folk (acheté pour le plaisir de la rétro) et je tombe sur PJ qui dit « j’écoute beaucoup de folk afghan », typiquement le genre de déclaration qui provoque la « peur » dont je parlais en début de post : trop sexy, trop cérébrale, trop talentueuse, trop fatale… Parfois, les artistes dégagent une aura telle que tu te sens obligé à une forme d’exigence aussi, en tant qu’auditeur.

    Via JB, je suis aussi tombée sur Joan Wasser qui fut une autre révélation (I Defy avec Anthony), je vais en parler aussi, j’adore ce que dégage cette fille.

    OK, c’est bon, je suis faite : ça fait 10 fois DE SUITE que j’écoute We Float.

  18. mars 24, 2009 9:41

    Et puis, Janet Jackson, ça fait moins peur, c’est sûr :-)

  19. bullesdinfos permalink
    mars 24, 2009 9:50

    Je peux aussi faire la choré de Janet !!! (la fille prête à tout).
    Bon sinon Bonnie je viens d’aller voir Cactus Tree que tu as posté sur FB et ça me donne envie de me plonger dans l’intégrale de Joni Mitchell !

  20. mars 24, 2009 9:57

    @ Bulles : essaie pas de nous enfumer, Bulles, y a pas de choré sur Got Till It’s Gone, c’est une chanson pour chiller !!! Par contre, si tu nous fais Nasty (avec le salto arrière), on peut commencer à négocier.

    C’est beau, Cactus hein ? Moi je suis partie chez PJ, là…

  21. mars 24, 2009 10:08

    c’est ça night songs ! et pj harvey qui dit ça (sur le folk afghan !), moi qui l’adore, je suis faite là…
    ouais, we float c’est beau beau beau. j’en avais parlé dans un post, ben tu l’avais pas vu ?? attends, dans ce même post, je parle des chansons fatalement irrésistibles de polly (dans la même veine que we float). le concert dans le jardin ? j’étais très jeune, trop, je ne réalisais pas… mais il y avait une ambiance assez incroyable…

  22. mars 24, 2009 10:22

    @ airuos : Je vais chercher ce post, ça fait pas longtemps que je suis tombée sur toi, j’ai pas encore tout lu :-)

  23. bullesdinfos permalink
    mars 24, 2009 10:35

    Si y’a une choré du bide attends !!! j’me rappelle bien !! essaye pas de m’enfumer à me faire faire des saltos toi !

    PJ je connais un peu mieux, Mr Marin écoute…

  24. mars 26, 2009 8:27

    Je comprends ce que tu ressens sur PJ. Elle a un pouvoir d’attraction dingue. Quand on va la voir en concert avec le père Minos, je suis obligée de le retenir par les bretelles pour pas qu’il ne monte sur scène, et qu’il me l’emballe là devant tout le monde… c’est génant à force.

    Sinon, je peux faire une choré rien que pour le plaisir (sont rares les occasions de danser). Sur Chacun fait ce qui lui plaît, ça vous va ? Je frissonne, je monte le son et je me mouche quand le monsieur il chante : » c’est plein de kleeeeeenex et de bouteilles vides, chuis tout seul, tout seul, tout seul ». Sur la phrase : »Pendant qu’Boulogne se désespère… » on peut envisager un salto arrière.

  25. mars 26, 2009 8:41

    Ou un moon walk, sur « C’est plein de Kleenex et de bouteilles vides,
    J’suis tout seul, tout seul, tout seul.
    Pendant qu’Boulogne se désespère
    J’ai d’quoi m’remplir un dernier verre. »
    et après on peut faire la choré des morceaux de verre de Kate Bush sur la phrase : « Clac ! fait le verre en tombant sur le lino.
    J’m’coupe la main en ramassant les morceaux. ».

    Par contre grâce à Minos/Annabel, je viens de lire les paroles de chagrin d’amour et je me rends qu’il dit :
    « L’précipice est au bout

    [chœurs]
    L’précipice on s’en fout! »

    Moi je croyais qu’il disait : « Le prépus est au bout » et ainsi de suite.
    Ma vie a changé, comme avec le logo carrefour…

  26. mars 26, 2009 8:55

    @ toutes : je m’incline devant tant de créativité ! Et alors le fondu-enchaîné Chagrin d’amour Kate Bush sur le verre cassé, j’adore !!! Et le coup du précipuce alors….

    Mais il n’y a pas de hasard dans la vie, le cosmos a des règles qui nous échappent… Pour illustrer cette pensée, je vous propose cette vidéo de Jeff Buckley interviewée par… Valli :-)

  27. mars 26, 2009 10:03

    Et encore, tu n’as rien vu Bonnie. Nous mêmes on ne sait pas vraiment de quoi on est capable…
    Mais moi, je fais pas le salto arrière sur verre pilé, ça peut faire mal.

  28. mars 26, 2009 10:47

    Salut! (je suis la soeur d’Eve)
    Moi je ne connaissais Joni Mitchell que de nom, après avoir lu l’hilarant « A propos d’un gamin » de Nick Hornby, (qui a été adapté au ciné avec Hugh Grant sous le titre « pour un garçon », pour celles qui ne voient pas)
    Bref, pour moi, elle représentait le summum du ringard, parce que dans le bouquin, le garçon et sa mère qui sont les gens les plus à côté de la plaque du monde, chantent Joni Mitchell en jouant du piano et en fermant les yeux, ce qui attère et gène horriblement le héros qui se trouve très cool et donc à des années lumières de Joni Mitchell. (Je vous conseille le bouquin, il est vraiment terrible). Mais maintenant tu éclaires Joni Mitchell d’un jour nouveau, d’autant que je n’avais jamais entendu !
    Mais bon, quand même, c’est pointu!

  29. mars 26, 2009 11:01

    Salut la soeur d’Eve !

    Aaaaaaah Nick Hornby : High Fidelity est mon livre-culte, et l’adaptation ciné est pas mal aussi (hilarant Jack Black)… Donc forcément, j’ai enquillé derrière sur About A Boy; en bouquin et ciné.

    Et je me souviens très bien de la scène, avec Toni Colette qui jouait la mère hystero-bab à tendance décroissante ! ça ne sert pas Joni, clairement. Et ça me fait penser aussi à cet autre film anglais, Love Actually (mon film-doudou) : Emma Thompson joue cette femme très digne qui découvre que son mari la trompe, quand elle ouvre son cadeau de Noël qui se trouve être le double best of de Joni M. au lieu du bijou qu’elle avait découvert juste avant dans la poche du gus. L’angoisse.

    La pauvre, forcément après t’as pas envie d’écouter du Joni Mitchell, de peur de choper la poisse.

  30. mars 26, 2009 11:58

    Ah ben dis donc France t’as de la mémoire je me souvenais pas du tout que c’était Joni Joni dont ça parlait dans About a boy!

    Donc décidemment, les films ne lui rendent pas hommage si c’est considéré comme le summum de la ringardise!
    M’en vais écouter pour me faire une opinion moi.
    Et hop un salto arrière à travers la vitre!

  31. mars 26, 2009 1:33

    Tu dois faire un boucan pas possible quand tu fais une sortie, Eve ! Oui oui oui High fidelity était super aussi, mais j’ai pas vu le film, il faut que je rattrape tout ça !
    Par contre, comme j’adorais ce qu’il écrivait j’ai voulu tout lire, et notamment j’ai lu carton jaune, qui en fait est un recensement de tout les matchs de foot qu’il a vu… >(
    Autant dire que ca à beau être très bien écrit, ca parle quand même principalement de foot, et là ma passion pour lui a vu ses limites…
    Ah oui, l’angoisse pour cette pauvre Emma thompson, je me souviens très bien de la scène ! quelle horreur !

  32. mars 26, 2009 1:40

    Le film repose beaucoup sur la performance de Jack Black, vraiment sympa mais faut pas être attaché aux références musicales du livres. Car c’est John Cusack qui avait racheté les droits et joue le rôle de Rob, l’action est donc transposée à Chicago.

    J’ai eu le même souci avec Carton Jaune, j’adore Hornby (et j’ai une sympathie instinctive pour l’homme d’ailleurs) j’ai pas pu. Par contre, 31 songs est pas mal. « Vous descendez ? », j’ai moyen accroché. Non pour moi, High Fidelity, c’est vraiment son moment de grâce.

  33. mars 26, 2009 5:43

    « Vous descendez? », j’ai trouvé ça super drôle ! Mais c’est vrai qu’il n’est pas à la hauteur des précédents. Récemment il a sorti Slam, je ne sais pas si tu l’as lu. C’était bien, mais pas non plus géniallissime. 31 songs, je l’ai commencé à la fnac, mais c’est un peu pareil que carton jaune avec des chansons à la place, non ? faut s’accrocher, je pense…

  34. mars 26, 2009 5:48

    Ah non, tiens, je ne savais même pas qu’il en avait sorti un nouveau, je vais regarder ça.
    Pour 31 songs, je suis d’accord avec toi mais je me suis accrochée, parce que ça parlait musique, bordel ! Et quand j’ai pris le rythme et l’angle, j’ai enchaîné les nouvelles.

  35. mars 27, 2009 10:17

    France surtout me file pas les bouquins salope! moi je te file toujours ce que je lis! méchante!
    Pareil pour « Vous descendez » le début était bien mais malheureusement il perdait son souffle au fur et à mesure du bouquin… Dommage!

  36. mars 27, 2009 10:45

    @ France & Eve : Alors, il vous faut vraiment regarder High Fidelity, le film. La bande-son, même si différente, est vraiment cool : Bob Dylan, Costello, Lou Reed + d’autres que je connaissais pas. Le générique de fin est un vieux morceau de Stevie Wonder « I believe » qui est juste extra. Les acteurs sont vraiment bien : Tim Robbins a un petit rôle mortel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :