Skip to content

La femme et le pantin

juillet 14, 2010

A propos de ce garçon qui jouait la fille de l’air, en veillant cependant à voler juste au-dessus de sa tête – mode stationnaire, bourdonnement agaçant, incessant – à propos de ce colibri donc, elle disait récemment :

« Bon. Rendons-nous à l’évidence : y a que mon cul qui l’intéresse.
Plus précisément, y a que l’IDEE de mon cul qui l’intéresse. »

Vol stationnaire du colibri de oro, figure dite du "On devrait boire un verre un de ces 4"

La seule idée du cul de la femme, voilà à quoi je ne pus m’empêcher de penser quand je tombai sur ce reportage plutôt esthétique – pour public averti oui, mais jamais vulgaire – consacré aux Real Dolls. Ces poupées haut-de-gamme, plus vraies que nature, offrent bons et loyaux services sexuels de longues années durant aux hommes esseulés, pour peu que ces derniers s’acquittent de la modique somme de 7.000 dollars en espèces sous enveloppe kraft. Mais pour ce prix, les divines créatures sont fabriquées, que dis-je, manufacturées (« Un produit manufacturé est un objet résultant d’une activité humaine sur des matières premières, dans l’objectif de remplir un besoin final de l’homme »), avec une débauche de détails, de soins, voire d’humanité qui fait sourire quand on songe à la nature du dit besoin – qu’il serait plutôt question de vider que de remplir, en l’occurrence (classe).

De quoi se rincer l’oeil réfléchir sur la femme et ses représentations – intarissable sujet pour les longues soirées d’été. Et constater, à ma grande surprise, que ces coquilles de silicone, au crâne décérébré, consentantes ad libitum et soumises jusqu’à l’écoeurement, loin de me reléguer avec elles au rang dégradant d’objet sexuel, savaient mener le bal, et carrément mieux que moi. Au point que je crus bien en voir certaines transcender l’idée de leur propre cul pour prendre vie, l’oeil frisant de contentement et malice devant les égards nourris de leur gothique docteur Frankenstein : une french manucure comme j’aimerais qu’on m’en fasse, et des fesses ripolinées avec amour.

Alors, qui est le pantin de l’histoire, hum ?

Reportage Honey Pie de California is a place

Publicités
21 commentaires leave one →
  1. juillet 14, 2010 9:40

    ca fait un peu science fiction je trouve un réalisme pareil ! Mais genre film de science fiction qui te mettrais mal à l’aise…
    Je trouve que le type qui fait ces poupées est assez touchant dans le genre appliqué à sa tâche. Je le verrais bien tirer la langue sur le côté dans une attitude de concentration extrème pour réaliser le téton parfait. Ce serait comme un musée Tussaud du sexe, en fait.

    • juillet 14, 2010 3:51

      Oui carrément, moi aussi j’ai été frappée par la minutie et les motivations du bonhomme ! Outre la réalisation, très jolie, très graphique, son caractère à lui donne toute sa profondeur et son étrangeté à un sujet qui n’aurait pu être que simplement glauque.

  2. juillet 14, 2010 12:09

    hmmm… le cul pour le cul, très bien, on trouve toujours une fille plus ou moins crédule / chaude / payante pour ça… et (ça marche aussi avec les garçons, hein…). La branlette et/ou les sex-toys, oui, ok aussi, on n’a pas toujours l’énergie / le temps / l’humeur / le physique / le bagout pour l’option 1)…
    Mais un genre de sex-toys géant plus vrai que nature ??? Et quoi, si on lui envoie une photo, il fait une poupée à l’image de l’ex / la convoitée / maman / … ???
    Non… là, je trouve qu’on dépasse l’appétit sexuel normal pour tendre vers la déviance, voire la perversion…
    Non ???

    • juillet 14, 2010 4:10

      Bah en fait, j’ai écrit tout ça à deux heures du matin, et l’ambiance nuit d’orage ne m’a finalement portée que vers l’ambiance Maison des Poupées et une forme de porn- poésie qui se dégageait du truc – bizarrement. Maintenant que je suis bien réveillée, je vois aussi les interrogations d’ordre psycho-sociologiques quant aux motivations des ceux qui se font des Real Dolls.

      Je comprends ton point, mais bizarrement, ce qui m’a frappée moi, c’est justement l’inverse : si ça n’est que pour assouvir un besoin purement hygiénique, mécanique, pourquoi une telle débauche de moyens, un tel besoin de « réalisme » (je mets les guillemets à propos du comm’ de Stipe qui attend son heure juste en-dessous) ? C’est en ça que je me disais que ces créatures censées nous représenter dans une posture d’assouvissement total, eh bien finalement, elles renversaient cette « domination », en montrant ces hommes mettre tant d’énergie / d’argent dans la fabrication / acquisition de leur poupée.

      Bon en même temps, c’est le genre de raisonnement tordu qu’on a pendant des nuits d’insomnie, je le concède.

  3. juillet 14, 2010 3:02

    il y a un truc très paradoxal, c’est qu’aujourd’hui l’industrie du sexe n’utilise comme image de la femme que celle de la poupée barbie. Que ce soit dans les témoignages exclusifs sur les relations sexuelles en pages centrales de Glamour, dans les films ou vidéos sur youporn, ou dans les publicités pour les sites de cul, toujours cette espèce de bimbo irréelle, trop plastique pour être vraie.
    Et lorsqu’on cherche à reproduire une poupée en latex, on se calque sur ce modèle là, ce qui fait qu’au final on obtient une caricature de caricature, un truc plus parfait que la perfection et donc totalement inhumain.

    (et pour répondre à poupoune, vu que je ne suis d’accord ni avec le fait que le cul pour le cul soit réservé aux opportunistes, ni avec le fait que la masturbation soit un palliatif au sexe, je ne suis pas spécialement d’accord avec sa conclusion. J’apparenterais plutôt ça à du mauvais goût, tel que le tuning).

    • juillet 14, 2010 4:35

      Rôo bordel, c’est terrible : ce que tu dis est parfaitement vrai mais je ne m’en étais même pas rendue compte, tellement je dois être moi-même conditionnée par les pages centrales de Glamour !!!

      Tu as raison : il y a un sacré effet d’abyme, caricature de caricature. Pour le côté inhumain, je ne sais pas, je ne sais plus…. J’avais mis ce lien de côté, pour en faire un post justement. C’est une starlette US, issue d’une real TV, et qui déploie une belle énergie pour rester dans les magazines, au point de se cogner 10 opérations de chirurgie en une seule fois. http://annehelenpetersen.files.wordpress.com/2010/01/heidi-montag-plastic-surgery-photos.jpg

      Elle ressemble à une real doll hein ? Et pourtant, ne perçoit-on pas toute son insécurité, au final très huamine ? Bon, c’est vrai : y a des gens qui meurent de faim dans le monde, mais n’empêche, ça m’interroge.

      • juillet 14, 2010 9:03

        donc au final, les mecs qui sont attirés et se tapent ce genre de bimbos ne le feraient que parce que c’est moins couteux et plus facile d’entretien qu’une real doll ?

  4. juillet 14, 2010 4:30

    C’est à la fois très flippant et très artistique ! Flippant si on considère le caractère « sexuel » de la « chose » et artistique niveau créativité et passion de l’artiste. Il devrait lancer le musée Grévin des pornstars ! : )
    Tout ça me fait penser à l’univers de Blade Runner, ça glace le sang…

    • juillet 14, 2010 4:39

      Oui exactement, c’est ce mélange qui qui confère toute son étrangeté à la vidéo…. Le site de realdoll n’est pas aussi fascinant, juste un magasin virtuel de poupées sexuelles au graphisme moche, justement parce qu’il y manque toute cette dimension passionnée et « artistique »…

      • juillet 14, 2010 8:52

        Moi je dis vivement que cet « artiste » mette dans son catalogue une blogueuse mode, qu’on rigole un peu ! imagine une « Betty Doll » : )

  5. juillet 14, 2010 9:09

    @Stipe : j’ai rien compris à ta question. Le souffle de la bimbo en moi, j’imagine. (Nan sans déconner, tu peux la reformuler ? Pas compris qui était vrai, la real ou la bimbo)

    @M1Cafe : oui sans rire, Betty a le physique qui sierait le mieux à une real doll : brune graphique, et trikini à sequins ;-)

    • juillet 15, 2010 5:30

      Ja Ja Ja ! : ) la real doll par excellence ! On devrait envoyer le link de son blog au monsieur : )

    • juillet 15, 2010 7:24

      c’est pas très très grave. On admettra que la réponse est « oui », mais que le « non » était aussi accepté.

      • juillet 15, 2010 7:51

        Pourquoi pas !

      • juillet 15, 2010 7:53

        (en gros je disais que les mecs se tapent ce genre de gonzesses parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’acheter une real doll)

  6. juillet 15, 2010 8:48

    @Stipe : Ah ! J’ai compris ! Et j’ai compris pourquoi je n’avais pas compris ! Parce qu’en fait, ça a beau être un standard, je ne connais pas de mec qui s’en tape en fait :-)

    • juillet 15, 2010 9:06

      moi non plus, pas personnellement. Pas plus que je ne connais ce genre de fille. Faut dire que je ne lis pas Glamour et que je ne fais pas de tuning :D

      • juillet 15, 2010 3:50

        Je crois qu’on loupe des trucs. Des horizons entiers qui nous échappent bêtement. Enfin toi, surtout.
        Parce que moi, je lis Glamour :-)

  7. juillet 15, 2010 3:53

    je vais me mettre au tuning, alors.

  8. Ferdi permalink
    août 6, 2010 11:31

    assez incroyable, je d’accord avec certains commentaires, ce film dégage une étrange sensation, ces images paraissent issues d’un film de science fiction.. trés étonnant

  9. janvier 19, 2012 9:30

    Complètement fascinant. J’avais vu un reportage semblable il y a quelques années, avec des poupées fabriquées au Mexique, ils avaient interviewé les « propriétaires » (curieux que j’ai envie de mettre des guillemets alors que oui, on est propriétaire d’un objet).
    Mais penser que ce types les fabrique tout en sachant quelle sera leur destination, utilisation, a little creepy….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :